Lundi au Vendredi 9h00 - 18h00

Droit du sol à Mayotte : Une Rupture Historique?

À peine deux semaines après la promulgation de la loi sur l’immigration, marquée par des controverses telles que la remise en cause du droit de la nationalité et la notion de préférence nationale (avant une censure du Conseil constitutionnel), l’exécutif relance le débat en mettant en avant la suppression du droit du sol.

L’annonce a été faite par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, lors de son déplacement à Mayotte le dimanche 11 février. 

Cette proposition, qui prend la forme d’une réforme constitutionnelle, suscite déjà de vives réactions et soulève des interrogations quant à ses implications et ses conséquences. Cet article explore donc les tenants et aboutissants de cette décision et son impact potentiel sur le paysage juridique, en particulier dans le domaine de l’immigration.

La suppression du droit du sol à Mayotte aurait pour objectif de dissuader les immigrants en rendant plus difficile l’acquisition automatique de la nationalité française pour leurs enfants nés sur l’île. Bien que cette mesure ne régule pas directement l’immigration en tant que telle, elle peut avoir des impacts dissuasifs sur certaines personnes en modifiant les conditions d’accès à la nationalité pour les enfants nés à Mayotte de parents étrangers.

En retirant le droit du sol, le gouvernement cherche à limiter l’attrait de Mayotte pour les immigrants en rendant l’acquisition de la nationalité française plus complexe. Cependant, il est important de noter que cette mesure ne constitue pas une réponse complète à toutes les facettes de la question migratoire, et d’autres mesures peuvent également être nécessaires pour aborder les problèmes complexes liés à l’immigration illégale et à l’insécurité à Mayotte. La mise en œuvre de cette décision peut également soulever des débats et des questions liés aux droits et à l’égalité.

QUELLE EST LA SITUATION À MAYOTTE ?

Depuis plusieurs semaines, Mayotte, en tant que département le plus pauvre de France, connaît une crise migratoire alimentée par l’afflux d’immigrants en provenance des Comores et d’autres pays africains. En 2018, le droit du sol avait déjà été durci, réduisant considérablement le nombre de demandes accordées.

Cependant, Gérald Darmanin va plus loin en annonçant la suppression totale du droit du sol, affirmant que cela “coupera littéralement l’attractivité” de Mayotte pour l’immigration clandestine. Cette décision soulève des questions complexes sur les conséquences juridiques et suscite des inquiétudes quant à son impact sur la population locale.

Avec une augmentation notable de la natalité sur l’île, le ministre estime que cela pourrait conduire à des demandes plus importantes à l’avenir. 

L’Insee rapporte que près de la moitié de la population de Mayotte, soit 310 000 habitants, ne possède pas la nationalité française.

Cette annonce marque un tournant majeur dans le débat sur l’immigration à Mayotte et suscite déjà des réactions variées parmi les avocats experts en droit de l’immigration / et des étrangers.

COMMENT CELA VA T’IL SE DÉROULER ? 

Le premier ministre évoque une “révision constitutionnelle”. Cette proposition audacieuse, si elle se concrétise, marquerait une rupture avec le principe établi au XIXe siècle et placerait Mayotte dans une position singulière au sein de la République française. L’annonce de cette initiative suscite des débats passionnés sur les implications juridiques et constitutionnelles.

Les avocats experts sont appelés à jouer un rôle crucial dans l’analyse des conséquences légales de cette proposition et dans la défense des droits des citoyens mahorais. La perspective d’une Mayotte juridiquement distinctive souligne l’importance d’une représentation juridique chevronnée afin de guider la population à travers cette période de changement, où Darmanin promet, ou suppose, que cette mesure réduirait le nombre de titres de séjour émis de près de 90%.

L’annonce de la révision constitutionnelle visant à abolir le droit du sol à Mayotte soulève des questions complexes en matière de constitutionnalité.

L’article premier de la Constitution, qui proclame que “la République est une et indivisible”, complique considérablement la distinction des règles d’accès à la nationalité française d’un territoire à l’autre, surtout que l’article 73 de la Constitution autorise des adaptations législatives dans les départements ultramarins pour tenir compte de leurs “caractéristiques et contraintes particulières”, mais il exclut expressément toute modification en matière de nationalité. 

TerritoireRègle ActuelleProposition de Révision
MétropoleDroit du sol et du sangInchangé
MayotteDroit du solAbolition proposée

Les avocats experts seront essentiels dans l’analyse de la faisabilité constitutionnelle de cette proposition et dans la défense des principes fondamentaux de l’indivisibilité républicaine. Cet enjeu juridique crucial nécessite une représentation experte pour guider à travers les débats à venir.

QUELS SONT LES AUTRES MOYENS PERMETTANT DE LUTTER CONTRE CETTE IMMIGRATION ?

Dans une atmosphère tendue, le ministre de l’Intérieur, accompagné d’une unité renforcée du GIGN, dévoile le début de l’acte II de l’opération policière “Wuambushu”.

Lancée en avril 2023, cette initiative, comprenant la destruction de certains bidonvilles, vise à endiguer la criminalité dans l’archipel et à lutter contre l’immigration irrégulière.

Cette nouvelle phase de l’opération, intervenant au milieu d’une crise sociale et sécuritaire persistante à Mayotte, met en lumière les défis auxquels est confrontée l’île, et l’annonce de Gérald Darmanin soulève des interrogations sur les implications légales de telles mesures, de même que suscite l’attention des avocats experts dans ce domaine.

L’opération “Wuambushu” continue de façonner le paysage juridique de Mayotte, et le rôle de ces derniers dans ce contexte complexe devient plus crucial que jamais.

Cela vous a-t-il aidé ?

Merci pour vos commentaires !
Illustration mère et enfant pour sur le droit du sol et les changements à Mayotte

Table des matières

Prêt à discuter de votre situation et explorer les solutions personnalisées que nous pouvons vous offrir ? Prenez rendez-vous pour une consultation avec Me Ouali.

  • Sélection des services
  • Sélection de l'avocat
  • Date et heure
  • Vos informations
  • Paiement
  • Confirmation

Sélection des services

Veuillez sélectionner un service pour lequel vous souhaitez prendre rendez-vous

Sélection des services

Veuillez sélectionner un service pour lequel vous souhaitez prendre rendez-vous

Sélection de l'avocat

Vous pouvez choisir un avocat spécifique pour effectuer votre service.

Date et heure

Cliquez sur une date pour voir une chronologie des créneaux disponibles, cliquez sur un créneau horaire vert pour le réserver

Vos informations

Veuillez fournir vos coordonnées afin que nous puissions vous envoyer une confirmation et d'autres informations de contact.

Paiement

Vous pouvez payer en ligne avec votre carte bancaire en toute sécurité. Nous utilisons Stripe.

Confirmation

Votre rendez-vous a été planifié avec succès. Veuillez conserver cette confirmation pour votre dossier.
Des Questions? Consultation sur place ?
Contacter le  07 68 31 59 44

Sélection des services

Sélection des services
Cabinet Chreifa Ouali
Sélection de la date et de l'heure
Informations client
Vos informations de paiement
Confirmation de rendez-vous

Sélectionnez la durée du service

Vous devez sélectionner la durée du service, le prix de votre service dépendra de la durée.

Combien de personnes?

La capacité maximale est 1
Consultation Téléphonique Accès simplifié à l'expertise juridique via une consultation téléphonique ou visio-conférence 75€
Consultation Par Mail - Réponse sous 24h à 48h (Jour Ouvré) Découvrez notre service de consultation juridique par formulaire mail, offrant des conseils personnalisés et des stratégies juridiques adaptées à vos besoins en droit de la famille et droit des étrangers. Obtenez des réponses rapides, confidentielles et abordables, où que vous soyez. 25€
Résumé
Me Chreifa BADJI OUALI

Me Chreifa BADJI OUALI

Laissez moi un message. Je reviendrai vers vous.

Je serai de retour plus tard

Me Chreifa BADJI OUALI
Bonjour 👋
Comment puis-je vous aider ?
Appeler le secrétariat Secrétariat